Prothèse dentaire (62) : description céramique

Nous proposons trois niveaux de finitions que ce soit en céramo-métal ou en céramique sur zircone, cela pour répondre au mieux aux souhaits du patient.

Le niveau de tarification est identique entre couronne céramo-métal ou céramique sur zircone. Les céramiques sur Di-silicate de lithium (E.Max, 3G hs, GC Lisi) ne sont pas au même niveau de prix.

CCM.U

Stratification simple, utilisation d’une masse dentine et d’une masse incisale. La teinte est simplement exécutée, sans personalisation. Disponible en céramo-métal et sous la forme de CIV  céramique sur zircone.

ECO

Les découpes dentinaires sont plus élaborées, la morphologie plus travaillée.

CLASSIQUE

Nous recherchons la meilleure intégration de l’élément prothétique et donc une personnalisation poussée. Il n’y a pas de limite dans le nombre de masses mises en œuvre. Elles le seront suivant les besoins, et selon un protocole de stratification précis permettant toutes variations.

La ligne directrice est la mise en avant de l’effet de profondeur, par le jeu de superpositions de masses plus ou moins saturées en couleurs et translucides. L'opposition  des couleurs, des masses translucides ou opaques et des formes, est exploitée pour assurer la vitalité et le naturel de la reconstitution.

Les matériaux utilisés, alliages et céramique, sont identiques quelque soit le niveau de finition.

Céramique : AVANTE et Syn Spar Advance: Pentron ceramics USA/Suède

Alliages précieux et semi-précieux: Cendres et métaux et PX Dental.(ch)

Alliages non précieux : Dentalliage et Flamarc

 

Un peu de technique...

 

Une teinte a deux composantes : la couleur et la luminosité

La chambre pulpaire de couleur saturée est recouverte par la dentine d'une tonalité moins élevée, créé par leur superposition, la couleur de base. L’émail, par son épaisseur sera plus ou moins translucide, voir transparent (s'il est fin), donc plus ou moins désaturant (plus il est épais, plus il masquera la couleur de la dentine). Donc un émail épais augmentera la luminosité. Fin et transparent il ne la modifiera que très peu. Si l'émail est de tonalité grise, il absorbera plus de lumière alors que coloré il soutiendra la saturation ou modifiera la tonalité générale. Il ne faut pas négliger les voiles de surface le plus souvent blanchâtres, essentiels pour la valorisation de l’effet de profondeur, mais ils peuvent influer sur le niveau global de saturation (en l'abaissant) et sur la luminosité (en l'augmentant).

Pour garantir  les meilleurs résultats esthétiques, nous procédons systématiquement au polissage mécanique de toutes nos céramiques. Cela est le seul garant de leur faible abrasivité envers l’antagoniste et de la meilleure prophylaxie. Toute application de glazure est proscrite, car elle crée un état de surface trop imparfait et beaucoup plus abrasif et opacifiant.

La sensation de la profondeur : la mise en phase.

Comme cela est dit plus haut, c’est d’abord la qualité de la céramique de synthèse et la maturité de sa cuisson qui participe en premier lieu à la perception de la troisième dimension qu’est la profondeur, mais pas seulement.

En effet,  la mise en phase des différentes masses combinées utile à la construction d’une céramo-métal a était prise en compte par les concepteurs de AVANTE et SYNSPAR. Ceci concerne l’accord entre  les masses « opaque » masquant le métal et les différentes masses du cosmétique céramique stratifiées  pour la reconstitution des couronnes

En quelques mots, qu’est ce que la mise en phase ?

Nous percevons les couleurs car elles ont des longueurs d’ondes différentes. Tout comme le son par exemple, des aigües aux basses en passant par les mediums: Les longueurs d’ondes sont très courtes pour les fréquences  élevées et de plus en plus longues vers les basses fréquences.

L’exemple du son facilite la compréhension. Nous prenons ici pour exemple la conception d'une enceinte acoustique de haute fidélité. La  demande est de  reproduire les sons le plus proche du naturel. Le premier objectif est de couvrir le spectre audible par notre oreille, le deuxième  est de recréer la scène sonore, c'est-à-dire la sensation d’espace. En fait le sentiment que le son ne vient pas d’une zone précise, mais large et profonde. La reproduction sonore nécessite l’emploi de plusieurs hauts parleurs qui auront chacun en charge un spectre de fréquence : Un boomer pour les graves, un haut parleur pour les médiums et un tweeter pour les aigües. Là survient un problème d’accord entre ces trois hauts parleurs et la nécessité de les harmoniser afin de recréer cet espace sonore et de ne pas avoir une sensation de platitude. Cela consistera à  aligner régulièrement certaines crêtes des ondes émisent par chaque haut parleur  et ce malgré leurs longueurs différentes. On appelle cela la mise en phase.

En céramique, la lumière pose exactement le même problème. La lumière réfléchie par l’opaque masquant l’armature a une longueur d’onde qui devra  être en phase, par un alignement régulier de certaines  crêtes, avec les crêtes des différentes longueurs d’ondes  de la lumière émise par les multiples strates de cosmétiques céramique, la dentine et ses intensifs, mais aussi les masses plus translucides...

Le respect de la mise en phase de la céramique AVANTE et SYNSPAR se traduit par une sensation de profondeur unique des reconstitutions céramiques même dans le cas de faible épaisseur.

A ma connaissance seuls les ingénieurs de PENTRON CERAMICS ont tenus compte de ce paramètre extrémement important pour le rendu en 3 dimensions.

Ci-dessus céramo-métal "Classique".

Décomposition d'une stratification céramique. Pour cette démonstration,chaque niveau a été modelé puis cuit : couleurs de fond, dentine puis incisal et masque opaque trés fin de surface. D'ordinaire l'ensemble est réalisé d'un seul jet.

Nous pouvons donc déterminer quatre niveaux (étages) dans la stratification : une couleur de fond, une teinte de dentine, un incisal et  des voiles de surface. Dans chacune de ces strates seront apliquées plusieurs masses plus ou moins translucides ou colorées de saturations différentes.

La prise de teinte est clarifiée par cette « décortication » en strates de la dent, permettant ainsi une infinité de combinaisons. La couleur de fond sur des dents claires étant très pastel, elle est parfois difficilement perceptible.

Lexique

Saturation : c’est la puissance de la couleur, la quantité de pigments dans un matériau incolore. Plus le matériau est transparent, plus l’activation de la couleur sera effective car la circulation de la lumière sera optimale dans cette base transparente. La quantité maximum de pigments définit la saturation maximum, on désature lorsque la proportion de pigments est réduite dans le matériau de support.

Luminosité : c’est l’intensité de lumière émise ou absorbée. La lumière est au maximum de sa réflexion si la surface vers laquelle elle est dirigée est blanche. Elle est absorbée si cette surface est noire. Elle est réfléchie et absorbée de façon égale sur du gris. L’excès de luminosité a tendance à désaturer une couleur. La prise de teinte sous une lumière trop intense aboutit à enregistrer une teinte trop peu soutenue.

La tonalité : c’est la longueur d’onde de la lumière réfléchie. Indigo, bleu, vert, jaune, orange, rouge sont les tonalités de l’arc-en-ciel ou du prisme de Newton. Ceci démontre bien que la couleur n’est que de la lumière, et donc sans lumière il n’y a pas de couleur.